Biographie

Mathilde Barthélémy

Crédit photo : Guillaume Hulin

Après avoir étudié le violon, les lettres et l’art dramatique, Mathilde Barthélémy poursuit son parcours en explorant la voix. Elle est lauréate 2019 de la Fondation Royaumont.

Depuis 2010, elle a participé à des projets musicaux, théâtraux et d’arts de la rue, en France et en Italie.

Soprano et artiste curieuse, tournée vers la musique et le spectacle vivant, elle se consacre au répertoire contemporain, à la création en collaborant étroitement avec des compositeur·rice·s, et à l’élaboration de formes pluridisciplinaires.

Elle se produit en ensemble avec Atmusica (Tours) et l’Ensemble Offrandes (Le Mans), ou en choeur avec Musicatreize. En 2020 puis en 2022, elle collabore avec le Cursus Ircam sur des créations pour voix et électronique. Elle est aussi invitée comme soliste pour des créations ou des œuvres du répertoire contemporain. On a pu l’entendre en juillet 2021 au Festival Chigiana, à Sienne (It).

Côté spectacle vivant, elle s’implique dans plusieurs projets de théâtre de marionnette. Après avoir travaillé à la bande originale des Présomptions saison 2 du Printemps du Machiniste, elle rejoint la compagnie Méandres pour le spectacle Nos petits enterrements.

A l’automne 2020 a lieu la première de Au Seuil, performance musicale et visuelle autour des rituels funéraires. Ce concert rituel pour chanter la mort est le fruit d’une collaboration avec la contrebassiste Mélanie Loisel.

Plusieurs créations musicales sont en préparation pour les saisons à venir, notamment une création avec Marta Gentilucci (mai 2023), Passages.

Son duo avec la contrebassiste Charlotte Testu, Antipodes, tourné vers le théâtre musical, jouera en septembre 2022 au festival Musica à Strasbourg. L’occasion d’y entendre la création de la compositrice Jessie Marino pour le duo.

En octobre 2023, elle sera aussi la soprano solo d’une nouvelle création du compositeur Alessandro Solbiati : Del folle amore pour soprano, chœur et orchestre avec l’Orchestra della Toscana à Florence.

La saison prochaine, elle se consacrera au développement de sa jeune compagnie, Angles Aigus, qui portera un projet de création en co-production avec le GMEM.